08/07/2006

J - 1 avant la grande finale.

Bien que tendus, nos Diables sont fins prêts pour le match du siècle !

 

Afin de préparer la finale de demain sous les meilleurs auspices, René van der Eycken a décrété le huis clos. Cela signifie que suite à la dernière conférence de presse de ce matin, les journalistes ne sont plus autorisés à rencontrer les joueurs avant l’issue de la finale.

 

Le coach national s’est montré très discret quant à la composition de l’équipe qui affrontera la France pour le sacre final. A l’entendre ce matin, même Silvio Proto ne serait pas sûr de sa place ! Gageons que cette attitude part d’un sentiment positif, d’une envie de vouloir en dévoiler le moins possible … Toutefois, René nous préparerait-il une de ces surprises dont il a le secret ? La seule certitude, c’est qu’hormis le défenseur axial Thomas Vermaelen, il n’y a ni blessé, ni suspendu. RVDE aura donc l’embarras du choix, entre 23 Diables avides de disputer le match le plus important de leur carrière.

 

Parmi ces 23 champions, il en est deux pour lesquels la saveur de ce tournoi aura peut-être un goût de trop peu. En effet, Philippe Clément et Stein Huisegems sont les deux seuls joueurs de champ à ne pas encore avoir foulé les terrains allemands. Ils ne semblaient toutefois guère déçus à l’interview : « C’est déjà un énorme privilège que de faire partie des 23 joueurs sélectionnés, affirmait Clément ». « Je pense pouvoir apporter quelque chose à cette équipe, ajoutait Huisegems, mais c’est au coach, et à lui seul, de prendre les décisions. De mon côté, je me donne à 100% aux entraînements, et je me tiens prêt pour si jamais il faisait appel à mes services.  »

 

D’après les dernières informations dont nous disposons, l’équipe alignée devrait avoir le visage suivant :

 

 

Pieroni

 

Sonck

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Goor

 

 

 

Buffel

 

Geraerts

 

Mudingayi ou Van den Borre

 

 

 

 

 

 

Leonard

Van Buyten

 

Simons

Deflandre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Proto

 

 

 

 

Thomas Vermaelen n’étant toujours pas rétabli, les clés de l’arrière garde seront une nouvelle fois confiée à Simons et Van Buyten. Dans l’entrejeu, Karel Geraerts n’a pas déçu et sera vraisemblablement titularisé pour la 5e fois d’affilée. Le capitaine Bart Goor semble rétabli et l’équipe aura bien besoin de son expérience sur le flanc gauche. Comme face à l’Italie, Buffel sera aligné à droite, afin de permettre à Wesley Sonck de venir épauler Pieroni en pointe de l’attaque. Le seul réel doute qui persiste concerne le second demi récupérateur, qui officiera aux côtés de Geraerts. Le sélectionneur devra choisir entre Gabi Mundigayi, sobre mais efficace face aux Italiens, et le fougueux Anthony Vanden Borre, gonflé à bloc par son but décisif lors de cette même demi finale.

 

Les spécialistes internationaux ne donnent pas cher de notre peau.

 

Bien que le stress grimpe au fur et à mesure que les heures s’écoulent, les indicateurs restent au beau fixe : ambiance de groupe optimale, moral et confiance en acier forgés par les succès antérieurs, tous semblent être à 100% de leur potentiel. Eric Deflandre déclarait ce matin : « Je vous garantis que l’erreur ne viendra pas de nous. Il faudra une redoutable équipe de France pour nous barrer le chemin du triomphe ! ».

 

La presse étrangère ne semble toutefois pas tenir compte de ces éléments internes au noyau belge …  Que ce soit « Bild », « The Times » ou « La Gazetta dello sport », tous voient la France remporter les lauriers. Ils y vont à coups de « La rigueur française aura raison de la baraka belge », « Cette fois, les Diables sont un oiseau pour le chat », et « Zidane ne laissera personne gâcher sa fête ». La délégation belge préfère prendre de haut ces pronostics, certes peu enclins à nous donner de l’espoir. « Ces témoignages ne peuvent que motiver mes joueurs à 120%, annonçait ce matin René van der Eycken, lors d’un entretien en face à face. De toute façon, ils n’ont pas de temps à perdre à lire ces futilités. Tout ce qui compte, c’est que le pays soit derrière eux. Après, ils auront à cœur de prouver une bonne fois leur valeur aux sceptiques qui ne sont pas encore convaincus. »

 

Le pays derrière eux … C’est vrai qu’on n’avait plus vu une Belgique si unie depuis bien longtemps. Comme quoi il suffit de rien … onze gaillards, flamands et wallons, réunis sous un même maillot, à nonante minutes de forger l’exploit du siècle …

 

 

Depersée A.

18:35 Écrit par Allez les diables ! dans Général | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook |

07/07/2006

J - 2 : Les Diables espèrent aller jusqu'au bout

Dans deux jours, les Diables affrontent la France lors de ce qui sera sans nul doute le match le plus important de toute leur histoire.

 

Il faisait bien calme jeudi matin dans les rues des métropoles italiennes. Et pour cause, la revanche que tout le peuple espérait n’aurait finalement pas lieu. La Squadra azzura s’était vue barrer la route de la finale par une équipe belge toujours plus surprenante !

 

Si certains parlaient encore de chance avant la rencontre, ils se doivent à présent d’ouvrir les yeux sur l’étendue du talent dont nos joueurs ont fait preuve pour parvenir à vaincre une Italie en grande forme. La défense fut implacable, et lors des moments où elle fut tout de même prise de vitesse, elle a pu compter sur les interventions divines de Silvio Proto. Sauf surprise, le jeune ex-Louviérois sera certainement élu meilleur portier de la compétition. Depuis deux rencontres, il semble en effet se multiplier devant les attaques adverses. Qui d’un Henry ou d’un Ribery sera capable de le faire se retourner ?

 

Les prestations quatre étoiles de nos joueurs font des émules au-delà des simples considérations sportives … Ce matin, France Football annonçait l’arrivée imminente de Proto à l’Olympique de Marseille (affirmation démentie par Herman Van Holsbeek, manager du RSC Anderlecht avec lequel le gardien est encore sous contrat). Et du côté de la Bavière, le Bayern Munich ferait actuellement le forcing pour obtenir les services d’Anthony Vanden Borre et de Luigi Pieroni, bien que la direction auxerroise ait déclaré l’avant-centre intransférable.

 

Ces considérations mercatiques ne doivent surtout pas détourner les Diables de leur objectif : ramener la Coupe du Monde chez nous, en Belgique. Il y a un mois, rien que l’idée de voir nos Diables brandir le trophée relevait de la pure folie, mais aujourd’hui, c’est toute une nation qui croit en ses représentants. Bien sûr, nous avons une chance ! Et ce même si le niveau affiché par l’équipe de France s’est substantiellement amélioré depuis le début de la compétition.

 

Ces statistiques qu’il ne faut pas écouter …

 

Faut-il y voir un bon présage ? A nouveau, les statistiques jouent en notre défaveur. Sur trois rencontres nous opposant aux Français lors de compétitions internationales, nous avons enregistré autant de défaites. La dernière datant du 28 juin 1986, et faisant lieu de … petite finale de la Coupe du Monde. Vingt ans après, les petits sont devenus grands, et s’affronteront pour le titre, dimanche soir, à l’Olympiastadion de Berlin. Puissent les dieux du football continuer à nous protéger …

 

 

Depersée A.

16:25 Écrit par Allez les diables ! dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Rectification

Comme certains d’entre vous l’auront judicieusement remarqué, une erreur s’est introduite dans notre article du 5 juillet consacré à la rencontre Belgique – Italie. Le deuxième but des Belges est bien à mettre à l’actif d’Anthony Vanden Borre, et non de Wesley Sonck qui avait quitté le terrain.

 

La rédaction de Diables2006 tient à présenter ses excuses à tous ses lecteurs, bien que, ayant regardé le match en direct à la télévision, aucun d'entre eux n'aura été trompé par cette maldonne.

 

15:59 Écrit par Allez les diables ! dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |