04/07/2006

Une véritable fête nationale vingt jours à l’avance !

La Belgique entière fête ses champions, qui se préparent à affronter l'Italie ce soir pour une place en finale ...

 

Des files de voitures qui klaxonnent, toutes les grands places du pays bondées de monde, des cris et des chants à n’en plus finir … On n’avait plus vécu cela en Belgique depuis 1986. C’est le pays tout entier qui s’est arrêté pour célébrer les exploits de ses champions. Et paradoxalement, les quais de gare sont très calmes le matin. La raison est simple : bon nombre de navetteurs dorment peu ou pas du tout, et les cernes gonflées sous leurs yeux montrent à quel point ils sont désenchantés de devoir se rendre au travail !

 

Les vendeurs de drapeaux sont pris au dépourvu, et qui ne le serait pas à leur place : comment auraient-ils pu prévoir que cette Coupe du Monde serait celle des exploits de notre petite nation ? Les petites industries engagent de la main d’œuvre pour quelques heures, des stands s’improvisent dans la rue au milieu des passants qui, le sourire aux lèvres, chantent la Brabançonne à tue-tête, une main sur le cœur.

 

Du côté de l’Allemagne, les joueurs sont bien conscients de l’exploit qu’ils sont parvenus à forger en sortant le pays organisateur, l’un des grands favoris du tournoi. Mais le bonheur qui se lit sur leur visage est accompagné d’une certaine crispation. Car ils savent aussi qu’à partir de maintenant, plus rien n’est impossible. Leur talent s’est décuplé aux cours des dernières rencontres, et leur sang-froid infaillible compense leur manque d’expérience à ce niveau. En témoigne le geste de Bart Goor, cinquième tireur belge lors de la séance de tirs au but, qui a battu Jens Lehmann d’une magistrale Panenka alors que la tension était à son comble. « Nous sommes à 180 minutes du bonheur complet, déclarait-il ce matin. Et nous avons le potentiel pour aller jusqu’au bout. Au cours de ce tournoi, nous avons battu trois des plus grandes équipes. Qu’on ne parle pas de chance ici ! Avouez que trois victoires en ne jouant pas bien face à des adversaires tels que les Pays-Bas, l’Argentine et l’Allemagne, cela relèverait d’un miracle comme on n’en lit nulle part, même pas dans les évangiles ! »

 

Les supporters se mobilisent

 

C’est toute une délégation de la famille royale belge qui sera à Dortmund ce soir, pour assister à la demi-finale qui opposera nos valeureux diables rouges aux féroces et talentueux Italiens, qui n’ont plus gagné le Mondial depuis 1982. D’autres célébrités du pays devraient également être présentes, tandis que l’Union Belge fait des pieds et des mains pour qu’un maximum de supporters puisse obtenir des billets pour la rencontre.

 

Pour ce qui est du onze de base qui sera aligné ce soir, aucune certitude n’est encore émise. René Van der Eycken peut décider d’aligner son équipe-type, mais deux facteurs pourraient l’influencer à préférer des joueurs habituellement réservistes. Premièrement, Les titulaires ont pour la plupart joué l’entièreté du dernier match, et n’auront eu que 4 jours pour reprendre des forces. Deuxièmement, pas moins de sept joueurs belges sont à un carton jaune de la suspension pour le prochain match – inutile de vous en rappeler l'enjeu si jamais nous vainquons les représentants de la botte …

 

S’il prend ces considérations en compte, le coach national pourrait être amené à aligner l’équipe suivante :

 

 

 

Pieroni

 

 

 

 

 

 

Buffel

 

 

 

 

 

 

Daerden

 

 

 

Mpenza

 

Geraerts

 

Mudingayi

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Hoefkens

Van Buyten

 

Clement

Deflandre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Proto

 

 

 

 

La ligne d’attaque peut également être composée de Sonck et Vandenbergh, qui ont tous deux marqué au cours du tournoi, et ont le moral gonflé à bloc. La blessure de Vermaelen oblige Daniel Van Buyten à tenir sa place, malgré qu’il ait joué l’entièreté des deux dernières rencontres, soit quatre heures. Mais rien n’est encore certain, et il est vraisemblable que nous ne découvrirons les choix du sélectionneur que ce soir.

 

Une première

 

Atteindre la finale de la Coupe du Monde serait une première pour notre pays. Déjà victorieuse au cours du passé, les Italiens partent avec l’avantage de l’expérience. Les spécialistes internationaux prédisent une victoire de la Squadra Azzura, qui lui permettrait d’atteindre la finale pour la sixième fois de son histoire. Mais comme les Diables nous le montrent depuis le début de la compétition, les statistiques sont faites pour être trompées…

 

Allez les Diables, nous croyons en vous !!!

 

 

Depersée A.

11:19 Écrit par Allez les diables ! | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.