22/06/2006

Enseignements du premier tour

Contre toute attente, la Belgique est parvenue à s’extirper du groupe de la mort. 

 

Personne n’aurait pourtant parié un cent sur les chances d’une équipe repêchée en dernière minute, qui plus est face à des adversaires aussi coriaces que les Pays-Bas, l’Argentine, et la Côte d’Ivoire.

 

Cet effet de surprise aura très certainement joué dans la balance. Mais ne boudons pas notre plaisir, si les Diables ont forcé la porte des huitièmes de finale, c’est avant tout grâce au courage exceptionnel dont ils ont fait preuve. Hier soir, Marc Wilmots, l’ancien poumon de l’équipe nationale  devenu consultant de la RTBF, déclarait en début de rencontre : « C’est avec beaucoup de plaisir que je regarde jouer les Belges ! C’est sans doute cette qualification surprise qui leur a donné tout ce punch. Ils ont réagi comme il le fallait face aux critiques. Les délégations étrangères ne leur donnaient pas le moindre espoir, les spécialistes du monde entier leur prédisaient des défaites sur score fleuve … Au lieu de se laisser abattre, ils se sont servis de ces pronostics trop rapides pour se gonfler à bloc. En tout cas, c'est très satisfaisant de les voir aussi fringants ! »

 

Cette mentalité, les Hollandais en furent les premières victimes. Comme il y a douze ans, les Oranje se sont rués à l’attaque, butant sur une défense remarquablement organisée, et sur un Silvio Proto des grands soirs. Il aura suffit d’un contre pour renverser la vapeur, et les assommer d’un seul coup de tête.

 

Les Argentins étaient prévenus, mais sont, eux aussi, tombés dans le piège tendu par René Van der Eycken. Face aux sud-Américains, le coach fit parler son génie tactique, en osant titulariser Steven Defour, et ne laisser qu’un seul récupérateur dans l’axe de l’entrejeu. Cette disposition permit d’amorcer de rapides contre-attaques qui se conclurent en deux buts. Il suffisait d’ajouter une forte dose de volonté, un arbitre qui ne se laisse pas impressionner, et une pincée de chance, pour obtenir la deuxième victoire des Belges dans ce tournoi, plus impressionnante même que la précédente.

 

Après nous être pris pour les dieux du football, voire même les futurs champions du monde – à en croire certains magazines non spécialisés, la défaite d’hier nous a remis à notre place. Face à des Ivoiriens qui n’avaient plus rien à perdre ni à gagner, les Belges ont réappris que rien n’est acquis d’avance. Et surtout, que le victoire ne survient que si l’on se donne à 100% du début à la fin.

 

Ainsi, lors de la conférence de presse de ce matin, le capitaine Bart Goor s’est voulu positif. « Nous avons pris une leçon de réalisme, et ce de la part d’une équipe qui était déjà éliminée. Cette rencontre a pu souligner certaines lacunes au sein de notre organisation. Dès aujourd’hui, nous travaillons à combler ces brèches. »

 

Les Belges ne disposent que de deux jours pour revoir leur jeu. Le huitième de finale face au Mexique aura déjà lieu ce samedi à 21 heures.

 

La fête au pays

 

Le 3-1 d’hier n’a en tout cas pas empêché des milliers de Belges de fêter la qualification ! On ne comptait plus les drapeaux noirs – jaune – rouges sur la Grand Place de Bruxelles, et à Liège, le centre était à nouveau bondé. Des chants et réactions de sympathie à l’égard des joueurs se faisaient entendre à chaque coin de rue. Malgré la période d’examens, de nombreux étudiants s’étaient joints à la foule. « C’est une manière de déstresser, et de nous donner du courage ! » argumentait un futur informaticien. Au sortir d’un établissement bibitif, nous croisons même un ancien président d’une association d’étudiants universitaires. Celui-ci nous fait part d'une initiative plus que surprenante : « Avec des amis étudiants, nous faisons circuler une pétition sur internet, pour que tous les deux ans, lors d’un tournoi comme celui-ci, les examens soient avancés. Ainsi, nous pourrions célébrer les résultats de nos joueurs sans mauvaises conséquences sur notre plan de carrière. Je viens encore de croiser deux camarades, dans le fond du café, qui ont examen demain matin à huit heures. A se demander si les professeurs regardent le foot ! »

 

Etait-il sérieux ou pas, telle est la question. En tout cas, le débat est lancé …

 

 

Depersée A.

15:06 Écrit par Allez les diables ! | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

t as fumé ou koi t es deffoncé ou quoi mon pauvre tu vois la belgique a la coupe du monde toi..???va t acheter des cachets et probablement aussi quelque amis ca te feras du bien jpense un peu skizo peu etre????

Écrit par : jé | 26/06/2006

Les commentaires sont fermés.